Pas de zéro infection sans zéro stigmatisation

28-11-16

 

        vih-pics-for-web

Dans la stratégie de l’ONUSIDA et des différentes organisations et institutions internationales de lutter conte le VIH, il est fixé, comme objectif, la barre du zéro infection. Cette politique est publiquement soutenue par les autorités algériennes et les différentes organisations de lutte contre le VIH dans notre pays. 

TransHomosDz, en tant qu’organisation LGBTIQI algérienne, partage, bien entendu, cet objectif et contribue avec ses moyens humains et matériels à sa concrétisation.

Nous sommes cependant dans l’obligation de tirer la sonnette d’alarme sur le fait que dans notre pays, encore aujourd’hui, les populations vulnérables sont criminalisées. Les personnes homosexuelles et transgenres et transexuelles, les travailleurs et travailleuses du sexe ainsi que d’autres populations concernées directement par le travail de sensibilisation et réduction des risques sont des criminels selon la loi et ceci sabote considérablement le grand travail effectué contre ce virus.

Ces personnes sont les premières à êtres la cible de ce virus et devraient avoir pleinement accès au droit à la santé qui ne peut exister dans la discrimination et la stigmatisation. A quelques jours de la journée mondiale de lutte contre le VIH, nous ne pouvons plus continuer à fermer les yeux et tolérer cette double peine.

Nous réclamons une véritable politique du zéro infection, une politique basée sur le zéro criminalisation et stigmatisation.